ERASE & RESTART

AVRIL 2016 | Centre ArtAsia Paris


Des échangeurs autoroutiers à la base d’une expérimentation artistique abstraite

L’exposition Erase & Restart a marqué un tournant créatif important pour Romain Froquet. Il investissait la galerie Artasia située dans un bel immeuble en pierre de taille, derrière le théâtre du Châtelet à Paris. L’espace comportait de larges murs et des plafonds hauts. Un lieu idéal pour exposer des œuvres de grandes tailles. Romain Froquet avait trouvé sa place pour un projet expérimental d’art abstrait qui était dans son esprit depuis quelques années. Ainsi ont été dévoilées au public, de grandes installations inspirées d’échangeurs autoroutiers.

L’idée de ces installations a germé alors que Romain Froquet était en résidence artistique à Houston. Il était impressionné par le gigantisme des échangeurs autoroutiers américains (ou high way). Pendant les années qui ont suivi, il a cherché une façon créative de les transposer. Plusieurs essais ont été effectués avant qu’il n’aboutisse à la réalisation d’œuvres qui répondent enfin à son idée.

Pour réaliser ces installations, Romain Froquet s’est concentré sur le travail de la ligne. Il avait ressenti une véritable résonance avec son œuvre lorsqu’il observait les échangeurs autoroutiers. Eux-mêmes constituent des lignes qui s’entrecroisent et se connectent. Romain Froquet s’est donc basé sur des photos satellites des échangeurs autoroutiers de quatre villes : Houston, Paris, Dakar et Pékin. Il a matérialisé les lignes par des bas-reliefs vissés sur des panneaux en bois. L’ensemble était monochrome. La couleur a été mise de côté pour mieux représenter le rapport à la ville et au béton.

Cette expérimentation artistique abstraite n’était pas une simple parenthèse. Elle s’est poursuivie avec l’exposition Lignées et influence encore aujourd’hui son travail.

 

 

 

Lieu : Centre Artasia Paris
Collaboration avec : Ruofan Shen, Alexandre d’Alessio

Lien article artistik rezo


EN IMAGES